5 DÉC. 2017 L’illusion du contrôle

Lors du premier épisode de notre série consacrée à la finance comportementale, nous avons abordé l’un des biais comportementaux des plus fréquents l’excès d’optimisme.

Mais il arrive rarement seul ! Ce biais peut en effet être fortement influencé par un autre : l’illusion du contrôle.

Cette illusion se traduit par le fait de croire que « on a la main » et que donc, on va pouvoir contrôler ou influencer une chose sur laquelle nous n’avons objectivement aucun pouvoir. Illustrons ces propos par un exemple simple mais saisissant.

En 1975, la psychologue Ellen Langer a réalisé l’expérience(*) suivante dans les bureaux d’une entreprise : elle est passée proposer aux collaborateurs l’achat d’un billet de loterie pour un dollar. Les personnes ont été réparties en 2 groupes : le 1er avait la possibilité de choisir son billet et le 2e non. Mais tous les billets étaient au même prix.

Dans un second temps, elle est venue solliciter les détenteurs de billet de chaque groupe en leur expliquant que le succès de la loterie était tel que, face à la pénurie de billets, elle leur proposait de revendre leur billet.

A ce stade de l’histoire, nous sommes bien tous d’accord pour affirmer que, quel que soit le groupe, la probabilité de tirage d’un billet est la même pour tous les billets. Très bien.

Cet élément en tête, je vous propose de prendre connaissance des choix faits par les détenteurs de billets :

Finance_comportementale_episode2_graphique.JPG

Les individus du Groupe 1 sont presque deux fois plus nombreux à refuser de revendre « leur » billet, et bien que ce soit un tirage au sort donc aléatoire, ils estiment, parce qu’ils ont choisi « leur » billet, que ce dernier vaut 4,7 fois plus que celui de ceux qui ne l’ont pas choisi... Comme si le fait d’avoir pu choisir son billet donnait à celui-ci une valeur supplémentaire.

Nous trouvons là une remarquable illusion de contrôle, qu’en pensez-vous ?

Relions maintenant cet aspect psychologique aux situations dans lesquelles un investisseur pense avoir un choix : choix de l’allocation d’actifs, choix du timing d’investissement, choix du support d’investissement (titres ou OPC par exemple). On devine aisément que cette illusion du contrôle peut engendrer une prise de risque inadaptée voire excessive, ou bien encore un entêtement à garder un investissement même si les critères sont devenus majoritairement négatifs.

En 1988(**) , Taylor et Brown ont établi que les individus attribuent fréquemment la raison de leurs succès à leur clairvoyance, leurs compétences, leurs choix… mais ont une forte tendance à attribuer leurs échecs à une « mauvaise chance ».

La réactualisation de leurs travaux en 1994(***) réaffirme le fait que ce type de perception est largement répandu et qu’un tel biais n’est aucunement le signe d’un dysfonctionnement mais fait partie des processus cérébraux normaux.

Sachant que ces illusions positives favorisent le bien être-psychologique et permettent de rebondir plus facilement après un échec, vouloir contrer ce biais ne serait pas une solution idéale. L’objectif est plus d’en limiter les effets que de nier son existence et, finalement, de le considérer plutôt comme « un mal nécessaire ».

Considérons à nouveau cette illusion du contrôle dans le contexte d’un investisseur. Nous retiendrons que, lorsque des décisions de nature financière sont à prendre, ce biais, d’habitude utile et positif, peut devenir un obstacle à la prise de décisions rationnelles, d’autant plus qu’il renforce et amplifie l’excès d’optimisme.

On prend alors la mesure de la combinaison de phénomènes à l’œuvre lors d’une « simple » prise de décision…

A ce stade de notre série d’articles, je ne vous cache pas mon hésitation sur le choix du biais pour notre 3e épisode… Alors, voilà, vous le découvrirez en début d’année… mais soyez rassurés, je contrôle la situation !

Article rédigé par Sandrine Vincelot-Guiet, Directeur Conseil et Sélection OPCVM VEGA IM

__________________________________________________________

* The illusion of control. Langer, Ellen J. Journal of Personality and Social Psychology, Vol 32(2), Aug 1975, 311-328.

** Taylor, S.E.; Brown, J. (1988). " Illusion and well-being : A social psychological perspective on mental health ". Psychological Bulletin 103 (2): 193–210.

*** Taylor, S. E.; Brown, J. D. (1994). " Positive illusions and well-being revisited : Separating fact from fiction ". Psychological Bulletin Vol. 116 (1): 21–27.

Aller plus loin