Notre blog … Wealth & Beyond
TENDANCES SECTORIELLES

La décarbonation du transport maritime, un défi majeur pour l’avenir de la planète

Face à aux enjeux écologiques, le secteur maritime, responsable de près de 3 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, entend réduire son impact sur l’environnement. La décarbonation des activités maritimes représente un défi majeur pour le secteur et pour l’économie française dans son ensemble, étant donné sa forte dépendance vis-à-vis des échanges internationaux. Cependant, cela offre également des opportunités pour l’industrie, à condition que cette transition soit efficace, équitable et propice à l’innovation. (1)

Face aux enjeux écologiques, quels objectifs ont été fixés pour assurer la décarbonation du transport maritime en France ?

Le transport maritime est un pilier essentiel du commerce mondial, acteur de près de 90 % (en valeur) des échanges commerciaux internationaux (2). Face aux enjeux écologiques, la décarbonation du transport maritime s’impose comme un défi majeur. Bien qu’efficace d’un point de vue énergétique par rapport aux volumes transportés, ce mode de transport est largement dépendant des énergies fossiles. Afin de respecter les engagements internationaux et européens en matière de décarbonation, il entreprend une transition énergétique sans précédent, contribuant ainsi à l’effort national de décarbonation et préservant la pérennité de l’industrie maritime nationale ainsi que la souveraineté d’approvisionnement de la France. (3)

La Stratégie de l’OMI de 2023 a fixé des objectifs renforcés pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du transport maritime international. Elle vise à parvenir à zéro émission nette de GES d’ici 2050, avec des points de contrôle pour 2030 et 2040. (4)

Comment les initiatives réglementaires, telles que « Fit for 55 » ou « FuelEU Maritime », influencent-elles la transition écologique du transport maritime et quels en sont les impacts sur les armateurs ?

transport maritime

Récemment, la pression réglementaire a considérablement évolué, notamment avec l’initiative « Fit for 55 » de l’Union européenne, qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55% d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 1990. Cette initiative a conduit à l’adoption de mesures contraignantes pour le transport maritime de marchandises. (5)

Ces mesures imposent aux armateurs de passer à l’action pour assurer une transition écologique viable. Parmi celles-ci, l’intégration des acteurs de la filière au Système d’Echange de Quotas d’Emissions (SEQE), un système qui concernait auparavant uniquement le transport routier. À partir de 2025, 40% de leurs émissions seront couvertes par ce système, puis la totalité en 2027. Par ailleurs, l’initiative FuelEU Maritime prévoit une diminution progressive de l’intensité carbone des carburants utilisés par les navires de plus de 5 000 tonnes, avec une baisse de 80% d’ici 2050. D’autres mesures incluent l’alimentation électrique des porte-conteneurs à quai dans les principaux ports de l’UE à partir de 2030, ainsi que l’utilisation d’un mélange de carburants comprenant au moins 2% de carburants renouvelables spécifiques à partir de 2034. (6)

Quels sont les défis et opportunités de la décarbonation pour le secteur maritime et leur impact sur l’économie française ?

Malgré les avancées, d’importants défis subsistent pour la transition écologique du transport maritime de marchandises. Les prix du bio-méthanol sont actuellement largement supérieurs à ceux du méthanol, et l’absence de réglementations mondiales strictes ne stimule pas les transporteurs à décarboner leur activité. Le développement de carburants alternatifs durables et la maximisation de l’efficacité énergétique des navires figurent parmi les principaux défis. Cela nécessite des investissements massifs dans la recherche et le développement de nouvelles technologies, ainsi que des adaptations des infrastructures portuaires pour permettre l’utilisation de ces carburants alternatifs.

La décarbonisation de la flotte mondiale d’ici à 2050 pourrait entraîner des coûts annuels compris entre 8 et 28 milliards de dollars, auxquels s’ajouteraient 28 à 90 milliards de dollars par an pour l’infrastructure des carburants neutres en carbone. Cette hausse des coûts pourrait influer sur les frais de transport, entraînant ainsi des répercussions sur l’économie mondiale. Selon une simulation effectuée par la CNUCED en 2023, des augmentations hypothétiques des coûts de la logistique maritime de 10 %, 30 % et 50 % pourraient entraîner des réductions du PIB mondial de 0,01 %, 0,04 % et 0,08 % respectivement. En termes monétaires, une baisse de 0,08 % du PIB mondial, évalué à 104 000 milliards de dollars en 2022, se traduirait par des pertes d’environ 80 milliards de dollars pour l’économie mondiale. (8)

La décarbonation du transport maritime en France offre des opportunités significatives, notamment sur le plan économique à travers la création d’emplois dans des secteurs tels que la construction navale, la maintenance de nouveaux types de navires et les infrastructures de soutien, tout en offrant un avantage compétitif sur le marché international et en permettant de bénéficier de subventions et financements. De plus, la transition vers des carburants plus propres tels que le gaz naturel liquéfié (GNL) ou l’hydrogène ouvre la voie à l’innovation technologique, avec des opportunités d’investissement dans la Recherche et le Développement. Sur le plan environnemental, la décarbonation pourrait mener à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, à l’amélioration de la qualité de l’air dans les zones portuaires et à la protection des écosystèmes marins. La volonté de réduire les émissions de gaz à effet de serre renforce le positionnement de la France sur le marché international en tant que leader en matière de développement durable.

La décarbonation du transport maritime peut-elle offrir de nouvelles opportunités aux autres modes de transports ?

La décarbonation du transport maritime en France pourrait offrir diverses opportunités aux autres modes de transport. En effet, les initiatives de décarbonation peuvent attirer des financements et subventions qui bénéficieront à tous les modes de transport, encourageant des projets communs et intermodaux.

La décarbonation des ports peut encourager le développement de hubs logistiques verts, favorisant l’intégration du transport routier et ferroviaire décarboné. Le développement d’infrastructures pour les carburants alternatifs dans les ports peut également être transposé aux véhicules terrestres, stimulant ainsi l’adoption de véhicules propres. En outre, les avancées technologiques dans les carburants alternatifs et les systèmes de propulsion propres pour les navires peuvent être adaptées et transférées aux véhicules terrestres, inspirant des solutions similaires pour les transports routiers et ferroviaires.

Les infrastructures de recharge ou de ravitaillement en carburants propres dans les ports maritimes peuvent être étendues aux bateaux fluviaux, facilitant leur transition vers des solutions énergétiques plus propres. Une meilleure coordination entre le transport maritime et fluvial permettrait d’optimiser les itinéraires et les temps de transport, réduisant ainsi les émissions globales.

Sources :
1.
https://www.mer.gouv.fr/la-decarbonation-de-la-filiere-maritime
2.
https://www.musee-marine.fr/le-magazine/dossiers-thematiques/a-quoi-ressembleront-les-echanges-maritimes-de-demain/infographie.html#:~:text=Impressionnants%2C%20voire%20vertigineux%2C%20ces%20chiffres,valeur%20et%2090%20%25%20en%20volume
3. https://www.mer.gouv.fr/la-decarbonation-de-la-filiere-maritime
4. https://www.imo.org/fr/MediaCentre/HotTopics/Pages/Cutting-GHG-emissions.aspx
5. https://www.xerfi.com/blog/La-decarbonation-du-transport-maritime-s-accelere_1873
6. https://www.xerfi.com/blog/La-decarbonation-du-transport-maritime-s-accelere_1873
7. https://unctad.org/fr/news/decarbonisation-du-transport-maritime-comment-accelerer-la-transition-et-la-rendre-equitable
8. https://unctad.org/fr/news/decarbonisation-du-transport-maritime-comment-accelerer-la-transition-et-la-rendre-equitable

Vous êtes chef d’entreprise dans le secteur du transport ou des énergies renouvelables et vous souhaitez développer votre patrimoine ?

Nos banquiers privés référents sur votre secteur d’activité sont disponibles sur rendez-vous.

Lise Le Parc

Lise Le Parc
Banquier Privé

Adrien Estermann

Adrien Estermann
Banquier Privé

Marine Nicoli, Collaborateur NWM

Marine Nicoli
Banquier Privé

Fabien Moisi
Banquier Privé

Eve Morel Chargée Marketing Opérationnel et Aide à la Vente